Skip to content

Accueil > Témoignages > Pourquoi une formation professionnelle ?

Pourquoi une formation professionnelle ?

En plus d’une technique où des mouvements sont appris, l’objectif est également d’apprendre à contacter une personne dans un toucher bienveillant et respectueux ...

« Parce que, en plus d’une technique où des mouvements sont appris, l’objectif est également d’apprendre à contacter une personne dans un toucher bienveillant et respectueux, de l’accompagner en gardant personnellement une attitude bien centrée si des émotions venaient à être réveillées. Il y a aussi l’aspect déontologique du massage qui doit être compris. Ce n’est pas un cours qui doit rester théorique mais, ressenti comme très important. Il garantira à la personne qui reçoit une qualité de présence juste et équilibrée. »

« Une formation professionnelle en Massage Holistique® garantit une prestation de qualité et donne au praticien des outils pour adapter son massage à la situation concrète de chaque client. »

« Au départ, ce n’est pas cet objectif qui est visé, pour moi, c’est la suite logique d’un processus entamé dans une initiation en Massage Holistique®. C’est l’apprentissage d’un chemin d’écoute, d’un chemin d’accueil, de présence à soi et au-delà de soi. C’est un processus d’ouverture, à soi et à l’autre, de transformation, de découvertes… C’est un chemin d’amour, de respect. C’est prendre soin de soi. »

« Il ne suffit pas de connaître des techniques de massage pour pratiquer le massage de manière professionnelle, pour pratiquer le métier de masseur, du moins pour ce type de massage. Il faut aussi une bonne connaissance de soi-même, un cheminement personnel, une remise en question personnelle, une formation à l’écoute et à l’accueil de l’autre dans ses paroles et dans son corps, un accueil et une gestion de ses propres émotions et de celles qui peuvent émerger chez le client. D’autre part, il faut aussi connaître un large éventail de mouvements de massage pour que le client régulier puisse à chaque fois être surpris. »



(c) Photographies : Philippe Massart Photographie